Nutrition

L’avantage nutritionnel complémentaire – Santé cardiaque, gènes, nutrition personnalisée

Le but de cet article est d’examiner la génomique nutritionnelle en tant qu’outil potentiel pour la thérapie nutritionnelle individuelle. Les gènes étudiés étaient tous des gènes de susceptibilité à la santé cardiaque et leurs variantes génétiques communes. Les gènes spécifiques qui ont été observés dans cette revue étaient la méthylènetétrahydrofolate réductase (MTHFR), la protéine de transfert des esters de cholestéryle (CETP), la lipoprotéine lipase (LPL), l’apolipoprotéine C-III (Apo C-III) et l’interleukine 6 (IL-6). La fonction, les variantes génétiques et les interactions alimentaires concernant chaque gène sont discutées. Des recommandations diététiques spécifiques ont été évoquées, mais non confirmées, selon le type de gènes que l’on possédait.

Afin de bien comprendre l’article, il est important de définir la différence entre les deux sous-catégories de la génomique nutritionnelle: la nutrigénomique et la nutrigénétique. La nutrigénomique parle des interactions fonctionnelles des aliments à base de cératine sur le génome humain. Par exemple, l’acide eicosapentaénoïque et l’acide docosahexaénoïque (que l’on trouve dans l’huile de poisson) augmentent l’expression des gènes impliqués dans le métabolisme des graisses et l’énergie, ainsi que la diminution de l’expression des gènes impliqués dans l’inflammation. La nutrigénétique peut être définie comme la façon dont des individus spécifiques dotés de maquillages génétiques uniques réagissent à des aliments particuliers. Par exemple, le variant génétique -13910C à T affecte la tolérance au lactose. L’allèle T permet un meilleur métabolisme du lactose, tandis que l’allèle C provoque une intolérance au lactose.

Le gène MTHFR est primordial dans le métabolisme de l’homocystéine. Des études montrent que l’homosystéine totale plasmatique légèrement élevée est un facteur de risque de maladie cardiovasculaire. Le gène MTHFR catalyse la réduction du 5, 10 méthylènetétrahydrofolate en 5-méthyltétrahydrofolate. La formation de ce 5-produit par MTHFR fournit des unités pour la conversion de l’homocystéine en méthionine, par conséquent, si une mutation génétique affecte cette efficacité de cette conversion, des niveaux élevés d’homocystéine seront présents dans le sang. Plusieurs polymorphismes de ce gène peuvent affecter l’efficacité enzymatique de ce gène. Il a été constaté qu’une augmentation de l’apport en folate par les personnes atteintes de ces anomalies génétiques réduirait le risque de maladies cardiovasculaires.

Le gène CETP est impliqué dans le métabolisme des lipides. Cette glycoprotéine hydrophobe, qui est sécrétée par le foie, diminue la fraction HDL cardioprotectrice et augmente les fractions pro-athérogènes VLDL et LDL dans le plasma. Il est donc préjudiciable d’augmenter l’activité de ce gène au-delà des niveaux normaux, en ce qui concerne la santé cardiovasculaire. Plusieurs variantes génétiques, telles que la variante Taq1B, provoquent une réduction de la masse et de l’activité de la CETP. Les personnes dépourvues de variantes génétiques bénéfiques de ce gène bénéficieraient d’un régime qui contrecarre les niveaux élevés de CETP active dans le corps. Aucun conseil diététique spécifique n’a été donné dans ce cas.

Le gène LPL est également impliqué dans le métabolisme des lipides. Plus précisément, cette glycoprotéine est impliquée dans l’hydrolyse du noyau triglycéride des chylomicrons circulants et des VLDL. Un gène LDL plus actif est corrélé à des niveaux inférieurs de triglycérides sanguins, ce qui en fait une enzyme athéroprotectrice. Les personnes atteintes du SNP 44Ser-Ter (X) ont un risque réduit de maladie cardiovasculaire. L’identification de toute autre variante génétique que celle-ci chez un sujet est donc un signe pour les sociétés de nutrigénétique que cette personne peut avoir besoin de considérations nutritionnelles supplémentaires. Afin d’augmenter l’expression de la LPL chez les individus qui ne portent pas de variantes génétiques favorables, l’huile de poisson s’est avérée bénéfique pour augmenter l’efficacité de ces gènes. Il a également été démontré que le mûrier, le banaba et le ginseng coréen augmentent l’expression du gène LPL.

Le gène Apo C-III est impliqué dans la régulation du métabolisme des triglycérides en affectant la lipolyse et l’absorption médiée par les récepteurs des lipoprotéines riches en triglycérides. Toute variante génétique qui augmente l’efficacité de ce gène peut faire en sorte qu’une quantité anormale de triglycérides reste en circulation. Il s’agit d’un facteur de risque certain de maladie cardiovasculaire. La variante la plus reconnue de ce gène est la variante SstI, qui est associée à une augmentation de 38% des taux de triglycérides sanguins. Il a été constaté qu’une alimentation riche en graisses monoinsaturées est un bon moyen de réduire le LDL-C plasmatique, qui est un produit de la surexpression du gène Apo C-III. Les acides gras oméga-3 (huile de poisson) diminuent également l’efficacité du gène Apo C-III dans les variantes SstI.

Les gènes de l’interleukine 6 sont importants dans les réponses immunitaires et inflammatoires dans le corps, ainsi que dans la régulation positive de la synthèse des protéines C-réactives. Un polymorphisme fonctionnel en position -174G en C a été associé à une expression modifiée du gène IL-6. Des niveaux accrus d’IL-6 ont été liés à des maladies cardiovasculaires, à savoir l’athérosclérose. Il a été démontré que les régimes qui se concentrent sur la réduction de poids annulent les effets des variantes génétiques défavorables du gène IL-6. Il a également été démontré que l’huile de poisson, l’acide alpha-linolénique et la supplémentation en vitamine E réduisent l’inflammation. Ceci est particulièrement important pour les personnes présentant des variantes génétiques qui augmentent l’IL-6 car elle augmente l’inflammation corporelle.

Il s’agit d’un excellent article soulignant certains des gènes de base qu’une société de génétique nutritionnelle recherche chez les patients préoccupés par la santé cardiaque. Des variantes génétiques spécifiques à chaque locus génique se sont avérées augmenter ou diminuer le risque de contracter un certain nombre de maladies cardiovasculaires. L’huile de poisson semble être le complément nutritionnel numéro un que les personnes présentant des facteurs de risque accrus peuvent compléter dans leur alimentation, afin d’éviter de futurs problèmes cardiovasculaires. Sa gamme d’avantages va de la diminution de l’expression de variantes génétiques défavorables à la diminution de l’inflammation. Au fur et à mesure que l’étude du génome humain se poursuit, il sera intéressant de voir comment le génie génétique sera pris en compte dans le mélange. Si les scientifiques ont déjà découvert quelles variantes génétiques peuvent améliorer ou diminuer la santé, l’ingénierie génétique des humains pour avoir des variantes génétiques favorables pour constituer leur génome s’avérera bénéfique pour améliorer la santé de la population humaine dans son ensemble. De plus, la personnalisation de la nutrition en fonction du génotype personnel de quelqu’un se révélera très bénéfique.

-Vakili, BS. “Nutrition personnalisée: la génomique nutritionnelle comme outil potentiel pour une thérapie nutritionnelle médicale ciblée.” Nutrition Reviews v. 65. Juillet 2007: pg 301-315.

Tags
Montre plus

Santé Soins

santé soins sont un site Web qui publie des conseils quotidiens sur la santé et la beauté, le site recherche des sources fiables et cite des médecins, des professionnels de la santé et de la beauté

Articles Liés

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Close
%d bloggers like this: